Vous n'avez pas nettoyé votre jardin à l'automne? Même pas grave...

22 mars 2017
Conseils

Vous n'avez pas nettoyé votre jardin à l'automne? Même pas grave...

Vous n’avez pas nettoyé votre jardin à l’automne ? Pas grave, c’est même mieux… Mais attention ne pas plus tarder pour agir ! Sauf, attention, si vous avez des arbustes à fleurs printanières…

"Autrefois, l’opinion générale était que le nettoyage du jardin était idéal à l’automne, en rabattant et en ramassant les feuilles et fleurs séchées", explique Etienne Pochon, paysagiste, horticulteur et maître d'apprentissage chez Mise en Scène. Aujourd’hui, par nouvelle vison plus écologique, on lui préfère un entretien de printemps car tous les insectes qui œuvrent au bien-être de votre jardin ne peuvent survivre que s’ils ont de quoi se réfugier durant la morte saison. Les feuilles et les branches séchées permettent par exemple aux hérissons de nicher durant l’hiver. Tout jardin étant un reflet de la nature, il peut, comme elle, n’être pas aseptisé; sa santé n’en sera même que meilleure." 

En plus de permettre la vie du jardin durant l’hiver, ces feuilles séchées protègent aussi la plante du froid

"Chez Mise en Scène, nous préférons aussi laisser les feuilles et les fleurs fanées en place à la fin de l’automne pour assurer à la plante un minimum de protection. Car la nature est bien faite: les feuilles séchées offrent à la plante une protection efficace mais douce, ce qui n’est pas le cas de la fameuse couche de branches de sapin coupées que l’on peut voir parfois et qui protège trop artificiellement la plante".

 

 

Les plantes ne devraient-elles pas s’en sortir d’elles-mêmes, sans même avoir besoin d’un nettoyage de notre part ?

«L’entretien du jardin répond bien sûr à des questions esthétiques. Mais cet entretien est aussi important en fonction des espèces. Certaines variétés, développées par l’homme sont plus sensibles, moins résistantes. La première année, elles trouveront l’énergie nécessaire à transpercer un feuillage même sec et dense. La deuxième année, elle aura déjà plus de difficultés à le faire. Et le risque existe même que la troisième année, elle soit si fatiguée qu’elle ne redémarre plus.

 

Taille trop tardive, taille dangereuse !

Si la fin de l’hiver est également une période idéale pour tailler les massifs d’ornement il ne faut pas trop tarder; l’enjeu étant d’éviter que la sève soit déjà en train de remonter dans la plante, au risque de la faire pleurer et la fatiguer. Pour savoir où en est la végétation, il suffit d’observer les arbres alentours. Lorsque les chatons des noisetiers des environs sont déjà sortis et que certaines feuilles commencent à poindre, il est souvent déjà trop tard...

 

 

Les conseils d’Etienne Pochon, paysagiste, horticulteur et maître d’apprentissage chez Mise en Scène. (photo)

Pas de règle absolue !

Mais rien n’est simple car pour les arbustes fleurissant au printemps, leur taille ne devra se faire qu’après la dite floraison, soit à la fin avril. Et ce qui poussera ensuite durant l’été fleurira au printemps prochain.

 

Doucement avec le râteau !

A vous, dès la fin l’hiver, de sortir à temps dans votre jardin; et y deviner, y anticiper le moindre frémissement pour y enlever, ni trop tôt ni trop tard, les feuilles ou fleurs fanées, juste avant que les nouvelles pousses commencent à sortir de terre; au risque, sinon, de les abimer d’un coup de râteau trop brusque. Comme avec les hostas, par exemple, dont les jeunes pousses tendres et fragiles risquent d’en garder la trace, durant toute la saison; au point que la petite pousse  devenue grande feuille, se retrouvera curieusement balafrée …