Comment appréhender un jardin de montagne?

20 mars 2018
Conseils

Comment appréhender un jardin de montagne?

Trop souvent, autour des nouveaux chalets, l’essentiel de la surface est perdu en talus de forte pente, sans charme, impraticables et difficiles à faucher. Au lieu de quoi, l’on peut commencer par mettre en place des rochers qui, comme en nature de haute montagne, sauront retenir la terre et former ici et là des poches de substrat favorable au développement des racines.

Fini les talus inutiles

Ces enrochements savamment implantés permettront encore d’aménager, à des niveaux différents, plusieurs zones plates pour une pelouse ou une prairie fleurie; ou encore pour la mise en place d’un jacuzzi ou d’un salon d’été. De légers talus – mais pas trop pentus – fleuris ou aménagés en pierriers parsemés de graminées, permettront, eux-aussi, d’absorber les différences de niveaux.

 

 

Sentier musardeur

Pour créer de la surprise et inviter à la découverte, un soin particulier sera mis à créer une grande variété d’ambiances et d’endroits différents auxquels accèdera un chemin dont le tracé ne sera pas le plus court ni le plus pentu. On y aménagera des paliers où se reposer et ses marches ne seront pas forcément faites de poutres de chêne, glissantes en cas de pluie. Des marches très modernes, mais artistiquement décalées horizontalement entre elles, y apporteront souvent un contraste très bienvenu et d’un meilleur confort.

Cascade et pièce d’eau

Dès l’instant où, en certains endroits des rochers seraient mis en place sur 3 ou 4 mètres de haut, voire davantage, cette situation sera idéale pour aménager une cascade et une pièce d’eau dont le bruit ajoutera au charme et couvrira, si besoin, tout autre bruit environnant.

Faire s’élancer la nature

Vu d’en bas un tel jardin de montagne paraîtra très minéral la première année, le temps que la végétation s’élance entre les roches, les recouvre souvent et augmente partout de volume et de belle présence.

Des lieux à vivre comme s’il en pleuvait...

Deux ou trois ans plus tard il sera aussi extraordinaire à regarder qu’il l’est d’emblée, pendant le chantier et vu d’en haut avec le jeu des terrasses en joyeux rebondissements… La palette des plantes supportant l’altitude dépassant de beaucoup la maigre proposition trop souvent pratiquée, nous vous suggérerons de quoi retrouver la richesse des espèces et les couleurs qui, de toujours, ont peuplé la montagne.

Le jardin qui était là depuis toujours…

Le but ultime d’un jardin d’altitude est ainsi de convaincre à terme qu’il était ici depuis toujours et que le chalet ou la maison n’ont fait que s’y incruster, comme une perle dans son écrin, pour que vous puissiez vivre là, le plus heureusement du monde…

Chaque mètre carré disponible

Car un jardin réussi constitue, en montagne comme ailleurs, une ou plusieurs pièces à vivre supplémentaires. Fini les talus inutiles: chaque mètre carré de votre parcelle sera désormais disponible et vous appellera dès les premiers rayons...