Pensez dès à présent au traitement bio préventif contre la pyrale du buis

30 mars 2020
Conseils

Pensez dès à présent au traitement bio préventif contre la pyrale du buis

Dans les jardins genevois la pyrale du buis est déjà arrivée en début de semaine (fin mars) soit exceptionnellement tôt. En 2019, il aura fallu en moyenne trois traitements de mai à octobre pour lutter contre ce ravageur alors qu'en 2018 pas moins de huit traitements ce sont révélés nécessaires.

Ce papillon nocturne originaire d’Asie orientale, observé pour la première fois en Europe en Allemagne en 2006, s’est répandu l’année suivante dans nos régions. Ce ravageur s’attaque uniquement au buis causant d’importants dégâts autant esthétiques que physiologiques.

Pour votre jardin, un seul conseil: du printemps à l’automne observez l’intérieur de vos buis, et cherchez à voir si la pyrale est présente. Si la chenille de couleur jaune à vert foncée, striée longitudinalement de bandes noires et pouvant atteindre jusqu’à cinq centimètres est, elle-même, pas facilement visible, en revanche, les toiles de ses nids se remarquent très rapidement.

Si vous en voyez, téléphonez-nous immédiatement car des traitements biologiques existent. Ne pas le faire entraîne le risque que l’entier des feuilles soit dévoré. Une fois le traitement réalisé, continuez à être vigilant car ce papillon pond plusieurs fois par année.