Arrosage en urgence !

24 avril 2020
Conseils

Arrosage en urgence !

Fin avril déjà le responsable du secteur entretien chez Mise en Scène tirait la sonnet d'alarme. « Il y a urgence, les jardins souffrent actuellement de la sécheresse. Alors que la pluie n’est plus tombée en abondance depuis plus d’un mois, les épisodes de bise ont encore aggravé la situation », explique Gregory Bayet. 

Pour toutes vos plantations qui ont moins que 3 ans.
« Les jeunes plantes, mises en place ces deux dernières années, sont celles qui nécessitent un arrosage le plus abondant et le plus fréquent. Soit au moins trois fois par semaine; cela permettra, les jours où les plantes ne sont pas arrosées, qu'elles acquièrent le réflexe d’aller chercher l'eau en profondeur et développent ainsi efficacement leur système racinaire..»

Votre gazon vient tout juste d’être semé ?

Arrosez-le tous les jours jusqu’à germination ! Il a en effet besoin de l’équivalent de 4 litres par mètre carré et par semaine. Préférez un arrosage dit en gouttelettes de pluie afin d’éviter le ravinement d'une lance en direct; l'oscillateur sera idéalement muni d’un programmateur, lequel sera réglé pour un arrosage intervenant entre 4 et 5h. du matin. Une bonne germination demande en effet une humidité la plus constante possible. Si votre gazon est déjà implanté et que vous souhaitez le maintenir vert durant toute la saison, l'arrosage devra rester régulier et abondant. Soit l’équivalent de 15 millilitres tous les 3 jours. Pour vérifier, placez un verre d’eau. Si votre gazon est déjà implanté et que vous souhaitez le maintenir vert durant toute la saison, l'arrosage devra rester régulier et abondant. Soit l’équivalent de 15 millilitres tous les 3 jours. Pour vérifier, placez un verre d’eau.

Pour vos arbres qui ont moins de 3 ans.

Pour les jeunes arbres, deux arrosages différents sont à prévoir: le premier au pied de la plante, le deuxième sur les feuillages afin de les rafraîchir et limiter leur évapotranspiration. Mais attention à ne pas choisir la pleine journée où, à travers chaque goutte d'eau, les rayons du soleil risquent, par effet de loupe, de brûler les feuilles. Autre danger ; le choc thermique subi par la plante lorsque, de 45 degrés au soleil, elle passe à 5 degrés (température courante de l'eau froide) en un coup de tuyau... En matière de quantité et pour un arbre de plus de 2 mètres, comptez entre 150 et 300 litres, 1 à 3 fois par semaine en fonction de la qualité du sol (sablonneux ou argileux). Une quantité qui dépend aussi de l’espèce en question. « N’hésitez pas à nous demander conseil », propose Grégory Bayet.

Vous estimez gaspiller trop d'eau ?

« A ceux qui hésiteraient à utiliser beaucoup d’eau pour leur plantations, qu'ils n'oublient pas que l’arrosage n’est pas anecdotique mais qu’il est bien garant de la bonne santé des arbres et des plantes et qu'en cela, il est nécessaire aussi pour le climat de demain », avertit Grégory Bayet. « Pour économiser l’eau, c’est surtout au niveau du gazon que la chose sera la moins dommageable; en choisissant par exemple un gazon prairie qui se tond moins souvent; ce qui maintient l’humidité de la rosée et crée même une ombre portée évitant la surchauffe de la terre, donc son évapotranspiration. Dans le même sens, on peut privilégier des plantations en pleine terre plutôt qu’en pot; ceux-ci étant beaucoup plus consommateurs d'eau puisqu'ils surchauffent durant la journée et évaporent la fraîcheur emmagasinée la veille ».