C’est durant l’hiver que nous prenons soin de vos grands arbres

13 février 2020
Conseils

C’est durant l’hiver que nous prenons soin de vos grands arbres

Ils sont les acteurs principaux de votre jardin. Des marqueurs du temps qui passe. Les générations précédentes s’y sont abritées… des enfants y ont certainement grimpé. Cette transmission aux générations suivantes est une valeur précieuse, un trésor. 

Trésors vivants

Si vous avez la chance de profiter de la présence d’un ou plusieurs grands arbres sur votre propriété, nous en prendrons soin très attentivement. L’hiver est un moment favorable pour un entretien normal, avant que la sève ne remonte dans les branches et risque de le faire pleurer et de le fatiguer... 

Pour éviter des risques d’accident (les professionnels sont exercés à grimper, notamment avec des tronçonneuses) et pour maintenir vos arbres en bonne santé, n’hésitez pas à faire appel à nos équipes d’entretien. « Enlever le bois mort permet d’éviter la pourriture qui risque de contaminer l’entier de l’arbre », explique Grégory Bayet, contremaître en charge du secteur « Entretien » chez Mise en Scène.

Tailler pour sécuriser

« Tailler permet aussi de sécuriser le jardin et d’éviter qu’en cas de coups de vent, des branches trop fragiles cassent par surprise. A quoi s’ajoute que chaque espèce demande des soins différents. Dans l’ensemble nous cherchons à ne pas couper plus de 20% de la masse foliaire ; faute de quoi on risque l’apparition d’une multitude de rejets peu esthétiques à l’endroit même des coupes. Soit une réaction de survie pour que le mécanisme de la photosynthèse puisse continuer d’exister », ajoute-t-il.  

« Le tailleur n’aura donc que des gestes utiles. Le danger, même pour ce chêne de 150 ans, c’est le vent capable de casser les branches qui se chevauchent et se frottent entre elles. Il faut donc en sacrifier certaines…», explique Grégory Bayet.  Nos équipes d’entretien équipées de leurs baudriers parviendront à atteindre les extrémités des branches où le feuillage en excès risque d’offrir trop de prise au vent. A noter encore que les grosses coupes, elles, se réaliseront de préférence en « taille verte » (une fois que les feuilles sont de retour) afin que les bactéries éventuelles soient correctement nettoyées par l’écoulement de la sève. 

L’homme et l’être végétal…

Entre le tailleur et l’arbre, c’est chaque fois la même émotion. L’homme et l’être végétal, d’abord se regardent et s’accordent. Bien taillé tous les trois ou quatre ans, un grand arbre peut traverser les siècles, marquer le paysage et nos vies.