Mise en Scène Architecture paysagère
Bureau d’étude – Atelier – Boutique
Chemin de la Teinture 2 CH – 1169 Yens Téléphone Mail
Showroom Vaud Rue Louis-de-Savoie 23 1110 Morges Téléphone
Showroom Valais Rue Centrale 37 3963 Crans-Montana Téléphone

Attention : à « grand beau » ; « grande soif »

Conseils

Attention : à « grand beau » ; « grande soif »

Conseils

Ce printemps a particulièrement été chaud. Les températures enregistrées en Suisse pour ce mois de mois de mai ont même battu le record établi il y a 158 ans, en 1864. A quoi s’ajoute que les précipitations ont été presque inexistantes. Les jardins se développent très vite et certains souffrent déjà de ce manque d’eau. Retrouvez ici quelques conseils bienvenus.

« Vous ne pouvez pas compter sur les orages de ces derniers jours pour fournir l’eau nécessaire au bon développement de votre jardin », lance d’emblée notre spécialiste du secteur entretien de Mise en Scène.
« Ces masses d’eau qui se déversent, même si elles sont abondantes, ruissellent en surface sans même avoir le temps de s’infiltrer dans la terre ».
Il est donc très important de bien observer la végétation de votre jardin. « Les feuilles qui se replient sur elles-mêmes sont le signe d’un stress hydrique déjà avancé. A leur première vue, il est très important de réagir en conséquence et d’arroser directement le pied de la plante ».

Arrosage automatique goutte à goutte

L’idéal est d’installer dans votre jardin, un système d’arrosage goutte à goutte qui a l’avantage de produire une irrigation au pied-même de la plante, sans gorger la terre alentour qui en aurait moins besoin. A l’heure où les restrictions sont de plus en plus courantes, ce système permet de limiter la quantité d’eau nécessaire. Des sondes de pluies existent qui permettent même au système d’adapter son flux de liquide en fonction des précipitations naturelles.

Attention aux jeunes jardins

« Il est très important de comprendre qu’un jardin qui vient d’être réalisé, souffrira bien plus qu’un autre qui aurait déjà quelques années. Un arbre venant d’être planté mettra au moins deux ans pour développer un système racinaire suffisamment conséquent lui permettant d’affronter des canicules. Avant cela, il est absolument primordial d’accompagner son développement par un arrosage plus généreux. Un arrosage automatique peut être réglé en conséquence et la quantité d’eau distribuée pourra alors être réduite dès l’âge de trois ans », ajoute encore le spécialiste. Si l’arrosage de votre jardin est automatique, soyez encore attentif à la végétation de vos pots ou bassines qui ont tendance à très vite surchauffer en été. L’humidité contenue dans la terre aura tôt fait de s’évaporer laissant la végétation les pieds au sec, sous un soleil de plomb.

Paillage essentiel

Pratique très utile et très sage (vertu dont font preuve très souvent les meilleurs jardiniers !), la méthode du paillage reste un must pour éviter la sécheresse. Elle consiste à protéger la terre des rayons directs du soleil. Ainsi, la paille, les copeaux ou la pouzzolane (pierres volcaniques très utilisées par Mise en Scène pour ses propriétés esthétiques) font office de barrières entre le soleil direct et la terre elle-même. L’eau reste ainsi à même le sol et hydrate efficacement votre jardin. Si les copeaux ont tendance à acidifier les sols, un paillage minéral tel que la pouzzolane est inerte et offre l’avantage de ne pas se faire décomposer en matière organique par la vie du sol. Ce paillis évite aussi le développement des mauvaises herbes. A bon entendeur !

Conseils / Blog

Inspirations

La plante du mois de juin : le nandina domestica

Chaque mois, l’équipe de Mise en Scène vous fait découvrir une plante qui lui tient à cœur. En ce mois de juin, c’est le nandina domestica appelé communément bambou sacré qui attire notre attention, pour ses fleurs et fruits spectaculaires au début de l’été. lire

Conseils

Attention : à « grand beau » ; « grande soif »

Ce printemps a particulièrement été chaud. Les températures enregistrées en Suisse pour ce mois de mois de mai ont même battu le record établi il y a 158 ans, en 1864. A quoi s’ajoute que les précipitations ont été presque inexistantes. Les jardins se développent très vite et certains souffrent déjà de ce manque d’eau. Retrouvez ici quelques conseils bienvenus. lire

Les cookies c’est délicieux !