Mise en Scène Architecture paysagère
Bureau d’étude – Atelier – Boutique
Chemin de la Teinture 2 CH – 1169 Yens Téléphone Mail
Showroom Vaud Rue Louis-de-Savoie 23 1110 Morges Téléphone
Showroom Valais Rue Centrale 37 3963 Crans-Montana Téléphone

Pour que votre jardin ne plie pas sous la neige…

Conseils

Pour que votre jardin ne plie pas sous la neige…

Conseils

Nous ne sommes pas encore le 21 décembre, l’hiver n’a même pas commencé que la neige est déjà arrivée jusqu’en plaine. Nous vous proposons ici quelques conseils et astuces afin que dans votre jardin, la beauté et la féerie de cette période froide ne se transforment pas en morte saison…

Garder un contact constant avec le jardin

« Le risque principal est l’écrasement de certains arbres et arbustes sous le poids de la neige », explique Etienne Pochon, paysagiste et horticulteur chez Mise en Scène. Les plus à risque, sont les espèces persistantes : si leurs feuillages ou aiguilles très denses offrent un spectacle magnifique en hiver – taxus ou buis taillés en nuage – elles retiennent tout aussi parfaitement les quelques centimètres d’or blanc, pouvant, par leur poids, casser certaines branches.

Secouer les branches trop chargées
« On ne le dira jamais assez : même durant la saison froide, il est important de garder un œil et un contact étroits avec son jardin. Il suffit souvent de se balader dans son jardin en prenant soin de secouer les branches très alourdies pour leur permettre de retrouver leur forme initiale.

Prévoir parfois des étais
Mais pour certaines espèces ou pour certaines formes, il peut être utile « d’assurer » certaines branches avec des étais, pour les soutenir. C’est ce que nous venons de faire pour un cèdre que nous avons planté dernièrement et qui était planté volontairement presque couché », explique Etienne Pochon.

Ceinturer certains cyprès
Parfois, certains sujets, comme les cyprès, méritent aussi d’être ceinturés par un cordage afin d’éviter qu’ils ne s’ouvrent et cassent en cas de tempête.

Le roseau plie mais ne casse pas…
L’hiver est aussi l’occasion d’observer que certaines plantes, au même titre que certains hommes, sont plus « résilientes » ou « flexibles » que d’autres et qu’elles peuvent plier sous le poids et se relever au premier coup de vent, avec autant de facilité ; c’est le cas des bambous par exemple, très habitués à de tels fardeaux (ou cadeaux) dans les montagnes enneigées du Japon.

Même les arbres au feuillage caduc peuvent casser…
« Soyez tout de même aussi attentif à certains arbres caducs même s’ils ont, de fait, moins de surface pour amasser des paquets de neige. J’ai le mauvais souvenir d’un splendide prunus dont une des branches principales à tristement cassé l’an dernier en pépinière » se souvient Etienne Pochon.

Le charme étrange des gueules cassées
L’hiver peut laisser des traces dans les esprits ; il peut aussi semer des cicatrices, parfois étrangement belles, par le côté « gueules cassées » de certains arbres survivants. Nombreux sont les propriétaires qui racontent aussi le passage de la tempête Lothar, le 26 décembre 1999, qui a obligé – ou permis c’est selon – de remodeler entièrement, ou partiellement certains jardins…

Protéger mais laisser respirer les plantes exotiques…
« Si vous avez dans votre jardin des plantes méditerranéennes ne supportant pas le grand froid, c’est le dernier moment pour les emballer afin de leur offrir un microclimat moins hostile que le grand air. Attention à ne pas trop vouloir les protéger quand même, au risque qu’elles ne puissent plus « respirer » et qu’elles pourrissent.

Besoin de lumière…
Les plantes exotiques au feuillage persistant, sont sans doute les plus difficiles à hiverner car elles ne doivent pas être plongées dans le noir total pour que le processus de la photosynthèse puisse continuer. Pour elles, si vous n’avez pas de serre, prévoyez une seule couche de couverture isolante qui laissera passer quand même suffisamment de lumière et disposez-les dans un endroit naturellement abrité du vent. En revanche, les plantes à feuillage caduc peuvent être emballées plus généreusement. A noter que certaines jardineries proposent désormais un service d’hivernage pour les plantes en pot, ce qui peut s’avérer utile.

Arrosez car les racines continuent de vivre !
N’oubliez surtout pas de les arroser, car tout le système racinaire continue de vivre même s’il est au repos. Pour savoir si la plante a encore suffisamment d’eau, il suffit de toucher la terre ou de jeter un simple coup d’œil sur les feuilles pour s’en assurer et par là-même vérifier qu’elles ne subissent pas d’attaques de parasites.

Attention aux parasites et aux champignons
« En hiver, les plantes méditerranéennes, ne sont pas au top de leur forme ; comme nous, elles risquent d’attraper toutes les maladies qui traînent. Les cochenilles et les pucerons sont les dangers les plus courants. La cochenille, plus discrète et plus difficile à dénicher, affaiblit beaucoup la plante. Il en existe deux : la cochenille farineuse qui ressemble à une mince couche de duvet blanc et la cochenille à carapace qui a une sorte de coque brune ressemblant beaucoup à de l’écorce et qui est très difficile à distinguer. On la décèle souvent uniquement lorsqu’il y en a énormément. Des traitements sont alors nécessaires, n’hésitez pas à nous demander conseil », ajoute Etienne Pochon.

Pensez aux abris pour les animaux et les insectes utiles
« Chez Mise en Scène, nous préconisons de plus en plus, de ne pas débarrasser toutes les feuilles mortes en automne, afin qu’elles protègent les souches du froid et qu’elles offrent aussi, à quantité d’hôtes invisibles, la possibilité de survivre. Des gestes très simples pour l’environnement et qui offriront une biodiversité essentielle au bon développement de votre jardin », rappelle-t-il. « Le fait, par exemple, de ne couper les graminées sèches qu’à la toute fin de l’hiver peut être intéressant à deux titres. Cela vous permettra d’admirer le spectacle fréquent des tiges emballée par le givre et se balançant au gré du vent. Ou alors ces tiges serviront d’abris de fortune pour les petits animaux et insectes, si elles finissent par se coucher sous le poids excessif de la neige… ».

Conseils / Blog

Inspirations

La plante du mois de février ; l’hamamélis, le noisetier des sorcières !

Chaque mois, l’équipe de Mise en Scène vous fait découvrir une plante qui lui tient à cœur. En ce mois de février, c’est le noisetier des sorcières – l’hamamélis – qui promet d’ensorceler nos jardins. lire

Conseils

Plantations : prenons soin de la qualité de nos sols…

La période hivernale que nous vivons actuellement est idéale pour planter ; d’où l’opportunité de rappeler quelques gestes que nous pouvons faire chez nous pour la bonne santé de nos sols. lire

Les cookies c’est délicieux !