Autour du feu comme en Afrique

Revenue d’Afrique où elle avait séjourné pour le compte d’une très grande société suisse cette famille de chez nous en a ramené l’envie d’une boma, un dispositif extérieur fixe qui permet de discuter assis et à plusieurs autour d’un feu. Nous avons proposé de la réaliser au meilleur endroit du jardin pour admirer de là, jour et nuit, une vue extraordinaire sur le Léman. Un endroit dont la magie, s’ajoute à celle du feu et de ses pouvoirs…

Interroger le feu..

Le feu qui, de tout temps, sait tout des hommes et du monde et qu’on peut donc interroger.. Le feu qui dans la tradition africaine australe invite encore à la juste parole, à l’échange et aux meilleures décisions… Mais encore faut-il que les participants n’aient pas le visage ou le corps brûlé par la trop grande chaleur des flammes. 
 

Le feu sans qu’il vous brûle

Le feu doit donc être placés assez bas au centre et nous l’avons enfermé dans un cylindre d’acier à double paroi isolante rendant impossible que quelqu’un se brûle au contact du métal de la paroi extérieure. La proximité des flammes n’empêche donc pas la fraîcheur du soir. Autour du feu nous avons aménagé, en bois et béton, une dizaine de places en cercle aux dossiers faits de demi poutres en chêne. Le cylindre peut devenir le support d’une table basse.
 
 

Revenue d’Afrique où elle avait séjourné pour le compte d’une très grande société suisse cette famille de chez nous en a ramené l’envie d’une boma, un dispositif extérieur fixe qui permet de discuter assis et à plusieurs autour d’un feu. L’idée était en elle-même si intéressante que nous avons proposé de la réaliser au meilleur endroit du jardin pour ce qui est d’admirer à partir de là, jour et nuit, une vue extraordinaire sur le Léman. Un endroit dont la magie, le soir, s’ajoute à celle du feu et de ses pouvoirs..

Interroger le feu..

«Le feu qui sait».. le feu qui sait tout des hommes et du monde et qu’on peut donc interroger.. Le feu qui dans la tradition africaine australe invite encore à la juste parole, à l’échange et aux meilleures décisions… Mais encore faut-il que les participants n’aient pas le visage ou le corps brûlé par la trop grande chaleur des flammes.

Le feu sans qu’il vous brûle

Le feu doit donc être placés assez bas au centre et nous l’avons enfermé dans un cylindre d’acier à double paroi isolante rendant impossible que quelqu’un se brûle au contact du métal de la paroi extérieure. La proximité des flammes n’empêche donc pas qu’on puisse en même temps apprécier la fraîcheur du soir. Autour du feu nous avons aménagé, en utilisant bois et béton, une dizaine de places en cercle avec des dossiers faits de demi poutres en chêne. En tout temps et notamment de jour, le cylindre peut devenir le support d’une table basse.

Suggérer sans imposer..

Le tout a été installé comme en contrebas de la pelouse de manière à ce que, de la maison, la vision sur le lac ne soit pas gênée par cette boma qui devait aussi sembler le fruit d’un hasard bienveillant. D’où la mise en place de pierres et de graviers qui semblent là depuis longtemps, comme le fruit d’une lente érosion. Pas de chemin non plus qui mène à la boma. Juste une orientation, une sorte d’invitation par une trouée entre fleurs et buissons suggérant que, par là, on peut passer..

Pour des fêtes spontanées..

Et pas de barrières non plus autour de cette propriété ; juste de la prairie fleurie qui fait le lien avec les prés où paissent les vaches. Pour qu’il n’y ait pas besoin de transporter à chaque fois jusque-là les coussins qui rendent la boma encore plus confortable, un caisson a été installé tout près de là. A demi noyé dans le terrain, fait lui aussi de bois et béton, il s’intègre complètement et discrètement dans l’ensemble de ce lieu dédié à des fêtes ou des moments de qualité et possiblement spontanés.  
 

Lieu Yens

Surface 850 m2

Année 2011